top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurPierre

Un chemin vers l’autonomie et la liberté


« Mieux vaut ta propre loi d’action même imparfaite que la loi d’autrui bien appliquée.» Bhagavad Gita

Pour emprunter ce chemin la première compréhension essentielle c’est que je suis mon meilleur enseignant-maître. Nous sommes tous différents et ma particularité qui mieux que moi peut l’appréhender ?


Plutôt que de copier d’autres exemples, même si je peux parfois m’en inspirer, c’est qui je suis qui vaut tous les discours.


« Soit le changement que tu veux voir dans le monde. » Gandhi.

Et plutôt que de vouloir changer les autres ou bien le monde, commencer par moi-même, je balaie devant ma porte. Voie directe où j’en suis le premier bénéficiaire.


Oui mais comment avancer sur ce cheminement ?


Les voies directes tel que le Tantra non duel ou bien la présence à la Nature sont celles que j’ai privilégiées.


Ceci n’est ni incompatible ni antinomique avec l’accompagnement ponctuel d’un thérapeute, chaman, guérisseur… qui m’aide parfois, surtout quand ma souffrance se loge dans la partie inconsciente de mon être.


Sortir de mon statut de victime est ce qui me permet en premier lieu d’avancer sur ce chemin de liberté et d’autonomie.


Cette posture exigeante où je prends l’entière responsabilité de ce que je ressens, à chaque instant, est la condition à l’accueil de ce qui est.


Le discernement est aussi une qualité essentielle qui me permet de voir et garder de la distance avec le Constat Omniprésent Négatif extérieur.


Cette direction choisie est faite de déconditionnement et d’humilité.


Quand j’abandonne toute prétention d’être quoi que ce soit, alors qui je suis vraiment peut se déployer. Plus rien à me prouver ni à prouver aux autres ou au monde. Quelle légèreté !


Le témoin est un moyen habile important où je m’observe, vois ce qui me dérange sans jugement, juste dans la vérité de mon regard. Cet outil nettoie sans effort, juste dans la présence et l’attention.


Le point d’orgue de cette démarche est de rentrer en amour avec mon féminin, mon état de réceptivité, apprendre à recevoir de mon âme, du meilleur de moi-même qui se loge au centre de mon cœur.


C’est en prenant le temps que j’offre l’espace à ce féminin intérieur pour s’épanouir.


Je prends du temps pour moi sans intention ni projection.


J’observe mon environnement comme si c’était la première fois.


Je suis présent à ce que je ressens.


Contempler c’est ouvrir mon temple.


Je m’abandonne dans l’instant qui passe.


Mon âme a besoin de cette disponibilité, de cette liberté et de cette tranquillité pour venir me parler, me chuchoter au creux de l’oreille les intuitions, les rêves, les idées qui sont alignés avec qui je suis vraiment au plus profond de moi.


Je vous aime.

Pierre



9 vues

Posts récents

Voir tout

Σχόλια


bottom of page